dimanche 9 décembre 2012

L'histoire des Lotus Elise

Si comme moi il y a quelques mois de cela, vous ne connaissez pas plus que ça les Lotus Elise et encore moins les nombreuses et différentes versions, cet article pourra vous intéresser !

La naissance de l'Elise


Un peu d'histoire : en 1996 Lotus produit les premières S1 120ch dites "MMC" (avec disques an alliage d'aluminium et plaquettes spécifiques, capot en aluminium) c'est la plus légère de toutes, il est facile de passer sous la barre des 700kg avec le plein sur ce modèle ! Cette série laisse vite place aux S1 dites "non MMC" un peu moins légères suite à des problèmes de disques alu fondus (sur circuit).

Pour la conception de la Lotus Elise, il y a un excellent reportage apparemment produit par Lotus eux même. C'est filmé en interne, on assiste même aux brainstorming des équipes... Dans la première partie, on découvre toutes les grandes étapes de la conception de l'Elise tandis que la seconde traite de sa mise en production ! C'est très intéressant, et à plus d'un titre :



Les éditions spéciales


Plus tard, ils sortiront une édition spécial Sport 135 avec AAC spécifiques, admission et échappement sport pour développer 135bhp. Cette version ne peut pas être importée en France (sauf tentative de RTI) car elle possède aussi (entre autre) baquets, harnais et est pas compatible avec nos normes Française (pas de COC).

Ensuite est apparue l'édition qui est la plus recherchée de nos jours : la 111S, avec pneus plus larges à l'arrière (225 au lieu de 205), jantes spécifique, une boite courte avec rapport rapprochés et un moteur VVC (calage de came variable apparemment bien plus complexe et rudimentaire qu'un VTEC car entièrement mécanique) de 143hp avec un couple dispo très bas dans les tours et tout le long. Elle est plus polyvalente, plus à l'aise sur route et plus confortable aussi, mais nettement plus lourde aussi (~+50kg au passage), le capot est en fibre, les freins sont upgradés.

La Sport 160


A la fin de la production des S1 (en 2000), la 111S n'était plus produite et Lotus la remplacé par une série spéciale "ultime" pour usage route et piste produite à un peu plus de 300 exemplaires : la Sport 160 ! Retour au bon vieux Rover de base non VVC mais grosse prépa dessus avec culasse travaillée, RV augmenté, pistons et arbres à cames spécifiques, nouvelle cartographie, pneus larges (185 et 225 comme sur la 111S), la puissance est portée à 160bhp !
A côté de ça elle est équipée d'origine d'une barre anti-roulis avant réglable et de combinés Koni réglables en hauteur avec ressort Eibach retarés plus durs et une géométrie dites "LSS" héritée de la Lotus 340R sortie un an plus tôt. C'est l'Elise S1 la plus performante, taillée pour la piste !

Visuellement on notera également le même aileron que les 111S mais relevé avec un angle plus agressif, les jantes spéciales Victory, les bulles de phares avant, un volant rouge, des baquets spéciaux (rapidement proposé en option) et l'annotation Sport 160 sur les côtés.

Les inconvénients : c'est une auto sans compromis !

Le ralentit est haut (~1200rpm) et très instable à cause des cames optimisées pour les hauts régimes (race-car spirit), cela oblige à jouer de l'embrayage au ralentit en ville ou lors des manoeuvres... mais cela lui offre aussi une sonorité magique de voiture de course !

Voici une vidéo de mon exemplaire faite avant l'achat par le proprio précédent :


Sur le papier, le moteur manque de couple à bas régime et ne s'envole vraiment qu'entre partir 4500 et 5000 rpm (là je ne vais pas être perdu avec l'habitude des Honda ^^). De plus, la boite courte des moteurs VVC n'est pas présente car on retrouve sur ce Rover la traditionnelle boite longue des autres S1 censée rendre les trajets autoroutier plus agréables ! Les jantes "Victory" sont très jolies mais un peu plus lourdes que les autres modèles.



A regretter également, les amortisseurs restent des Koni et doivent donc être changés rapidement ! Lotus vendent en remplacement des Bilstein de S2 retarés pour l'occasion.

Une auto tellement sans compromis que les 50 premiers modèles (homologation SVA) ne sont pas importables en France (pas de COC). Les modèles suivants, dits WVTA, ont été bridé à 150ch à l'admission et l'échappement pour passer les normes, celles-ci sont importables facilement en France. Il suffit de vérifier le code VIN pour savoir à quoi on a à faire.



Est-il utile de préciser que ces modèles homologués "WVTA" sont pour la plupart à nouveau débridées par leurs propriétaires pour retrouver les 10ch manquants ?!

La seconde génération

La seconde génération, appelée Elise S2 arrive en 2001.

La base est la même, châssis identique avec une géométrie de suspension arrière légèrement retravaillée (moins extrêmes), d'excellents amortisseurs Bilstein (un grand pas en avant par rapport aux Koni), des roues moins larges à l'avant (175 !) pour la rendre plus sous-vireuse (et donc plus sûre mais moins performante) et le moteur Rover passe de 118bhp à 120bhp.



Les roues gagnent 1" en diamètre (16" à l'avant et 17" à l'arrière) ce qui permet d'opter pour des tailles de pneus plus standard (les pneus coûtent moins chère pour les S2) mais allonge un peu la transmission. Lotus décide donc de mettre la boite courte de série sur les premières S2.


Nouvelle ligne plus moderne, montants de portes rabaissés pour faciliter l'insertion, tableau de bord mieux fini (finit les boutons Peugeot et les commodos Opel). L'auto prend un peu de poids mais n’atteint tout de même pas les 800kg.

Rapidement,  Lotus sort une série spéciale "135R" limitée à 85 exemplaires : allégée au possible (~750kg), avec des combinés filetés Bilstein retarés spécifiquement et réglables en hauteur, des roues larges à l'avant (195) et des semi-slick Yokohama A048 d'origine. Elle devient une des Elise les plus recherchées aujourd'hui.


Suivent plusieurs versions différentes, de mieux en mieux équipées et de plus en plus puissantes mais toujours plus lourdes !

La S2 111S hérite du Rover VVC porté ici à 145ch mais elle est plus lourde et équipée de la boite longue.
Ensuite, pour passer les normes pollution Lotus doit trouver un nouveau moteur et optent pour un Toyota 1,8L de 192ch avec une boite 6. C'est la 111 R que j'avais testé en passager à Bresse il y a 2 ans ! Le moteur est très fiable mais sa boite est très longue malgré les 6 vitesses et il manque de couple à bas régime, d'autre part Elise prends encore du poids pour atteindre 860kg ! On est déjà à 100~150kg de plus qu'avant, soit 15% de poids en plus, c'est une sacrée différence !


C'est pourquoi les puristes préfèrent les Lotus à moteur Rover.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire